Ma visite au Salon de la Photo 2013 (les nouveautés Nikon)

salon_photo_2013Le Salon de la Photo, pour moi, c’est un peu comme les versions de Windows, c’est décevant une année sur deux.

Pas de programme particulièrement chargé cette année, malgré les grosses nouveautés de Sony (A7), de Sigma(16-35), je n’y allais que pour prendre en main le nouveau Nikon Df, annoncé il y a seulement deux jours ainsi que le fameux 58mm f/1.4. Il faut dire qu’en tant que possesseur de la carte Nikon PRO, j’ai la possibilité d’accéder au petit “salon” privé de Nikon, pas d’attente et prise en main directe du joujou…

Sans plus attendre, voici quelques photos de mauvaise qualité 🙂 (franchement autant aller sur le site du constructeur)


et une petite vidéo pour entendre le son du déclencheur, relativement feutré.

Au passage le déclencheur en mode Q (quiet) m’a semblé un chouilla plus véloce que
sur les D600/D610.

Malheureusement, impossible de charger une carte dedans (donc pas de NEF disponible à étudier): raison invoquée, le firmware n’est pas définitif et Nikon ne souhaite donc pas voir se balader sur la toile des Nefs qui pourraient présenter des performances amoindries.

Parlons de la prise en main. Malgré son apparence, ce boitier fait sensiblement la même taille qu’un D600, en moins épais. L’arrière du boitier est très similaire à ce que l’on peut connaitre. La nouveauté réside dans tous les contrôles manuels.
Même si les molettes sont différentes des contrôles des autres réflex, on retrouve l’organisation Nikon. Ce qui m’a davantage dérouté, c’est que toutes les molettes sont sécurisées, soit par un verrou au centre de la molette (comme sur les D6x0/D7100), ou alors carrément en devant soulever le bouton (cas des modes PSAM). Dans tous les cas, il semble malaisé de changer les réglages d’une seule main, ou l’oeil dans le viseur. A voir si et comment configurer la molette du pouce droit (ou molette principale sur les autres reflex). C’est en tout cas, a priori, et pour moi plutôt un mauvais point.
Peut-être que l’habitude aidant, cela devient plus naturel, mais je pense pas m’y habituer 😉

Enfin le viseur m’a semblé tout à fait similaire à celui du D600, confortable donc, mais tout de même moins grand que ce que je connais sur le F-601 (pour reprendre l’analogie argentique).

Voilà pour le Df, un joujou sympathique, mais je pense que son usage est tout de même très spécifique.

Entre deux tests d’objectifs – je dois toujours remplacer mon 85mm, si quelqu’un a une bonne occaz 😉 – j’ai pu monter le tout nouveau et très cher 58mm f/1.4 (autour de 1700€).
Voici quelques photos de et prises avec.


(Merci à Jean-Marie Sepulchre, mon autre modèle du jour 😉 )
Le piqué est très bon dès la PO, comme on peut le voir sur les crops non retouchés ci-dessus. Je n’ai pas fait tous les tests rigoureux à toutes les ouvertures, mais ce que je constate sur ces clichés, c’est qu’à PO, il y a tout de même une pointe d’aberrations chromatiques (les franges violettes et vertes) que j’ai pu constater aussi à f/2.8, même si plus ténues. Aussi la PO a un effet soft-focus, qui me semble comparable au réglage du DC sur le fameux 135mm DC (aberration sphérique ?). il “semble” disparaitre lorsque l’on ferme un peu le diaphragme.

Voilà en ce qui concerne les nouveautés Nikon.

Pour le reste du salon, j’avoue qu’il était tard et que l’accueil aux stands que j’ai visité était plutôt glacial. Mention spéciale à Profot, qui se battent entre eux pour ne pas répondre à une simple question, et à Camara chez qui passé l’heure on ne sert plus, mais même si on vous fait une petite fleur, on vous raconte n’importe quoi histoire de ne tout de même pas faire cette vente qui retarde la fermeture de la caisse (hein la coug blonde).
J’ai juste envie de leur dire que s’ils sont déjà à bout à l’issue de la première journée qui est tout de même bien calme et avec relativement peu de monde, ils vont douiller le week-end.

Tagged , , , , . Bookmark the permalink.
  • Boutique