[TUTORIAL] Le traitement Photoshop Pin-up

Phlearn-PRO-Photoshop-Tutorial-Pinup-Cola Le sujet Pin-up m’intéresse particulièrement.
J’ai déjà pu traiter de techniques liées à la prise de vue avec la lecture du livre Shoot Sexy:La photographie de pin-up à l’ère numérique par Ryan Armbrust (que je recommande fortement).
Pour compléter le workflow, il me manquait une solide technique de post-traitement Photoshop pour donner ce cachet si particulier au style Pin-up d’antan.

C’est désormais chose faite avec cet excellent tuto de Phlearn.
En deux épisodes d’environ 1h, Aaron Nace nous démontre ses meilleures techniques de retouche pour Photoshop pour donner à nos images un vrai air de Pin-up.
A l’inscription à la newsletter de Phlearn, vous bénéficiez d’ailleurs aussi d’un autre épisode PRO gratuit.
Pour ma part, je suis ravi de mon investissement !

Je profite d’ailleurs de l’occasion pour vous présenter Phlearn, qui est peut-être méconnu en France, mais qui mérite vraiment beaucoup le détour.
Phlearn et Aaron Nace sont un peu aux USA ce que funquatre et Sébastien Roignant sont à la France. Même style un peu déjanté (à leur manière), même passion de la photo et de la post-production, et même format.
En effet, chez ces deux évangélistes, on trouvera une multitude d’épisodes gratuits sur youtube, ainsi que des épisodes plus longs et payants. Je ne parierai pas sur qui s’est inspiré de l’autre 😉 Au final, Sébastien Roignant est un peu plus orienté photo en général et compositage quand Aaron Nace est vraiment retouche photo sous Photoshop only. (J’me comprends)

Je ne saurai trop vous recommander de suivre la chaine Phlearn sur Youtube, c’est une vraie mine pour le photoshoppeur expérimenté. Pour les anglophones uniquement.
Evidemment la chaine F/1.4 sur Youtube mérite aussi largement de s’attarder dessus. Hormis les deux épisodes sur le traitement de portrait en noir et blanc, qui sont, désolé Seb, vraiment n’importe quoi!

Enfin pour les modèles Pin-up, Burlesque ou Boudoir intéressées, n’hésitez pas à me contacter.

Tagged , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.
  • Sébastien Roignant

    Et en quoi ces épisodes sont n’importe quoi ? 🙂

    • BONJOUR Sébastien, bienvenue ici 🙂
      Disons que commencer un traitement N&B par désaturer l’image n’est pas vraiment la façon la plus adaptée pour moi. Toi qui est sensible à l’information présente dans l’image, tu commences donc par supprimer une grande partie de l’info, avant de bidouiller pour arriver à un effet +/- cool.
      Tu l’as dit toi-m dans l’une de tes vidéos, un traitement couleur bien exécuté aura directement un bel effet après conversion en N&B.
      Jouer sur les couleurs avant conversion te permet de travailler par zones d’une manière impossible à reproduire si tu désatures.
      En général, (sous CNX2) j’incluais une étape réglage LST avant la conversion N&B, ce qui permet de travailler chaque couleur/teinte/décalage de couleur.
      De la même façon sous Photoshop, l’outil de conversion N&B dispose d’un filtre par couleurs qui te permet de faire resortir des zones dans les nuances de gris.
      Cela ne dispense pas d’un travail préparatoire sur les couleurs.

      Cela étant, je te remercie tout de même pour tes super vidéos et conseils. Et fyi j’ai déjà acheté un épisode PRO (ça va trancher).

      • Sébastien Roignant

        Merci pour ton retour
        Il y a une différence déjà entre dire qu’un épisode entier est du n’importe quoi et ne parler que d’une étape ! 🙂
        Sinon je pourrais t’expliquer le pourquoi je fais de cette façon dans un long monologue mais je vais juste le dire ainsi : Ça me permet d’arriver au résultat que j’aime beaucoup plus rapidement.
        J’ai essayé la façon dont tu parles. C’est d’ailleurs la façon que j’utilisais avant. Je préfère maintenant ma manière de faire qui pour un puriste n’est peut être pas la bonne mais qui arrive au résultat que j’attends !
        Disons qu’elle se rapproche plus d’une facon “pellicule noir et blanc” 🙂

        • J’aime bien cette analogie du développement pellicule N&B… même si on pourrait arguer que le choix de la pellicule est déjà un a priori colorimétrique, d’autant qu’on peut utiliser des filtres colorés à la prise de vue.
          Vu ta connaissance de l’outil informatique, je ne doute pas que tu choisisses en connaissance de cause le meilleur chemin te permettant d’arriver au résultat que tu désires. Je pense simplement que certains de tes lecteurs peuvent passer à côté de qqch. Et tu noteras que je ne souhaite pas vraiment polémiquer sur le sujet, je n’ai pas mis de commentaire sur les vidéos…

          Encore une fois je te remercie pour tes excellentes vidéos que j’attends impatiemment chaque dimanche.
          Au plaisir de se croiser peut-être lors d’un workshop 😉

  • Boutique